5 start-ups à suivre: retour de Connec’Sud 2015

Share on Facebook9Share on Google+1Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn3Email this to someonePrint this page

Connec’Sud 2015 : 5 start-ups à suivre

Ayant participé comme jurée au Connec’Sud 2015 de Montpellier, j’ai eu l’occasion d’y rencontrer quelques start-ups fort intéressantes qui méritent qu’on s’y attarde quelque peu.

Connec’Sud est d’abord un événement généraliste au service du développement des entreprises régionales, ce n’est pas l’événement emblématique des start-ups de la French Tech Montpelliéraine. Il n’empêche que pas mal de start-ups avaient fait le déplacement, soit en tenant des stands soit en participant à des challenges. En voici une sélection toute personnelle de cinq, avec lesquelles j’ai pu discuter et qui sont sur des marchés à joli potentiel !

  • Snapkin : un outil de mesure et de mise en plan 2D-3D en quelques minutes pour architectes
  • Laoviland Expérience : automatisation créative animée, droit sur le terrain d’Adobe
  • Keetiz : un ambitieux challenger dans la fourmilière du couponing mobile
  • Com 3D : animation 3D pour la communication scientifique et technique
  • Human Responsive par BSWEB : veille concurrentielle pour le retail géolocalisée en temps réel

 

SNAPKIN, la prise de mesure 360° pour les architectes

Snapkin est un « outil de mesure » (matériel + logiciel) qui permet de scanner une pièce et d’en restituer les plans en 2D et 3D en quelques minutes sur tablette ou ordinateur. Un gain de temps énorme par rapport aux moyens dont disposent aujourd’hui les architectes pour faire leurs relevés de mesure, concevoir leurs plans et faire réaliser les modèles 3D d’intérieur.

Snapkin - ScanSnapkin 2Snapkin 3Snapkin 4Clients cibles : les architectes, mais aussi les agences immobilières.

Marchés cibles : marché de la réhabilitation, visites virtuelles de logements, projets de réaménagement et de décoration.

Concurrents : essentiellement des Américains, Matterport et Floored.

Démo de l’outil au Palais Brogniart :

La solution n’est pas encore pleinement commercialisée, elle le sera en octobre prochain. Elle est actuellement en béta-test avec une trentaine de « clients pilotes », et l’équipe de 5 salariés sous l’égide du fondateur Jérémy Guillaume a déjà opéré 2 levées de fonds représentant 550 000 euros levés en tout.

Le modèle économique vise la revente et la location via intermédiaires : les modèles de robots-scanners coûtent entre 3000 et 4000 euros pièce. La réalisation d’un projet d’étude unique reviendrait entre 100 et 200 euros en moyenne. La location serait faite via des intermédiaires type Loxam. Le coût serait réparti entre un fixe lié au matériel, et un montant variable ou abonnement lié aux calculs réalisés sur le serveur.

Snapkin a déjà attiré l’attention de multiples partenaires (Microsoft, Autodesk…) et gagné de jolis prix d’innovation et d’entrepreneuriat, le succès ne peut jamais être garanti mais ils semblent sur une très bonne voie !

Pour infos complémentaires :

http://frenchweb.fr/la-start-up-du-jour-snapkin-simplifie-le-travail-des-architectes-avec-le-scanning-3d/174364

http://www.maddyness.com/finance/levee-de-fonds/2015/03/13/snapkin/

 

LAOVILAND Expérience, automatisation créative animée

Laoviland Experience se positionne sur le terrain d’Adobe. Rien que ça. Il s’agit d’un logiciel de création numérique, visant à permettre la création artistique de manière beaucoup plus intuitive et rapide qu’avec les outils d’Adobe.

Laoviland 13 familles de fonctionnalités :

  • Décomposition d’images existantes, pour l’inspiration graphique
  • Création de nouvelles images
  • Animation d’images, pour la création artistique

Laoviland 2Laoviland 3La décomposition d’images permet, à partir de n’importe quelle image prise sur Internet (la Joconde, par exemple), de la « décomposer » ou de l’éclater en un grand nombre de couches et de formes colorielles, retraitables selon plusieurs filtres et réglages, et qui permettent de créer ainsi une nouvelle base d’images sans lien de reconnaissance avec l’image d’origine, mais plus rapidement qu’en partant de zéro et sans avoir le problème des droits d’auteur à régler (on imagine en tout cas :)).

Laoviland module 1La création de nouvelles images permet, à partir d’images existantes (par exemple ci-dessous, la Joconde associée à chaque fois à un autre tableau), de créer de nouvelles images et de faire des créations imagées sous l’angle plus artistique.

Laoviland module 2Enfin, l’animation d’images permet de créer une animation à partir d’une image ou de plusieurs images fixes, de manière très intuitive, presque comme si on traçait au doigt directement sur l’image le trajet qu’on souhaite faire prendre à l’animation : démarrage ici, zoom là, vitesse rapide ou lente… Foin de fonctionnalités compliquées à apprendre, c’est presque un jeu d’enfants. On peut même imaginer recréer des effets de zoom, de travelling, de passage d’un visage à l’autre à partir d’une vidéo fixe d’événement (table ronde, débat télévisé…), ce qui permettrait d’économiser les frais de prise de vue amont, pour un effet moins statique en aval.

Laoviland module 3Le projet en est aujourd’hui au stade « alpha + », aux dires de son créateur Jean-Thierry Tchoumou, fort bien accompagné d’une équipe jeune, douée et motivée mais peu nombreuse de développeurs (2/3). A l’origine du projet, une dimension purement artistique reflétant le métier et l’origine du créateur, transitant ensuite par de la R&D avec des laboratoires publics qui ont permis d’aboutir à la version du projet existante et en cours de développement.

Le champ d’application est immense : autant le marché professionnel de créatifs et de designers, sans oublier les artistes, que l’innombrable quantité de « créateurs » individuels, amateurs ou pros qui publient en ligne sans être des designers ou vidéastes de métier, sans oublier les élèves et étudiants…

Mais le trajet sera probablement long et semé d’embûches, car un tel projet nécessite des moyens financiers, techniques et d’accompagnement (positionnement, réflexion marketing, stratégie de visibilité et de développement, vision internationale) à la hauteur de son ambition et de son marché international potentiel, et Montpellier n’étant pas encore tout à fait la Silicon Valley et Hollywood confondus, ça ne va probablement pas être très simple… On leur souhaite le meilleur !

 

KEETIZ : application mobile communautaire de collecte et de partage de bons de réduction

J’avoue, quand on me parle aujourd’hui de projet de couponing mobile, avoir de prime abord une petite réaction de méfiance, tellement j’en ai vu d’enthousiastes qui allaient révolutionner le marché et qui peinent à rassembler plus d’un million ou deux d’utilisateurs, pour les plus établis, au bout de quelques années, en France du moins.

Dans cette charmante fourmilière où se battent déjà de multiples acteurs tels que Fid Me, Plyce, TF1, Vente Privée Le Pass, et j’en passe, un nouvel acteur se lance sans avoir froid aux yeux, et avec une grande confiance dans son potentiel : Keetiz, filiale d’Orchestra Software.

Pourquoi mériterait-il plus d’intérêt ?

Keetiz 1Pas pour sa stratégie de communication BtoC, qui sera probablement un des nerfs de sa guerre, et qui n’a pas encore démarré (donc on ne peut pas encore en parler).

Mais il a 2 avantages fort intéressants que n’ont pas les autres, et qui peuvent faire une belle différence, si la communication BtoC fait ses preuves :

1. C’est une offre portée par Orchestra Software, un acteur majeur de l’équipement de machines de caisse dans les hôtels, restaurants et commerces de proximité, avec une base de plusieurs dizaines de milliers de clients installés, et qui pourraient probablement assez facilement être porteurs et prescripteurs de cette nouvelle offre.

2. L’appli, très ergonomique et intuitive, contient une bourse d’échange de bons de réduction. Si vous avez flashé un coupon de réduction La Marée, mais que vous avez plutôt envie d’un hamburger dans l’immédiat, il vous suffit de mettre votre bon La Marée dans la bourse, et de récupérer en échange un bon de réduction dans un des restos qui vous intéressent…
Cette fonctionnalité pourrait bien être une « killer feature », car elle règle un problème majeur des coupons : celui de les recevoir après avoir effectué l’achat qui nous intéresse ! Alors que si on peut les échanger, ils gardent toute leur valeur, pas directement liée au marchand qui nous les a donnés, mais à leur potentielle utilisation pour un prochain achat de notre choix. Avantage non négligeable pour les millions de consommateurs qui ne font pas partie des traditionnels « chasseurs de coupons » qu’on retrouve sur tous les sites et applis de ce type.

Keetiz 2La promesse et la technologie semblent intéressantes, mais le BtoC n’est pas le BtoB… A Keetiz de faire ses preuves prochainement près de chez vous !

 

COM 3D : animation 3D pour la communication scientifique et technique

Dans l’ombre de Virdys, locomotive régionale de la 3D qui n’a plus besoin de pub, découvrons plutôt COM 3D, qui a un positionnement nettement plus industriel et qui gagne à être connu.

Com 3D crée un fichier 3D à partir des logiciels de CAO. Matériel de base préféré : les fichiers et dessins d’ingénieurs, qui permettent de créer en quelques jours une représentation 3D des plans en question.

Com 3D
Champs d’application privilégiés : plans d’usine, de nouveaux bâtiments industriels, d’équipements lourds ou complexes, de matériel industriel plus facile à représenter qu’à décrire, mais aussi la représentation de l’infiniment petit ou de phénomènes biologiques.

Leur meilleur ennemi : les architectes, dont les dessins « créatifs » (ou peu rigoureux) semblent être un cauchemar à traduire en 3D (rapidement du moins) !

Parmi leurs dernières réalisations, on trouve également un film d’animation 3D avant-après d’une nouvelle agence du Crédit Agricole en Languedoc-Roussillon, ou une maquette en 3D du Port de Sète.

 

HUMAN RESPONSIVE par BSWEB : veille concurrentielle pour le retail géolocalisée en temps réel

BSWeb est une agence qui a développé Human Responsive, un logiciel de veille qui cible les commerces : il permet d’avoir, chaque jour en temps réel, sur son écran, une photo de l’ensemble des supports de communication des concurrents, pour pouvoir ajuster ses offres et ses prix :

  • Copie de la page d’accueil des sites ou vendeurs concurrents
  • Emailings, newsletters
  • Listing des prix

Human Responsive 1Human Responsive 2Human Responsive 3Human Responsive 4

Le nom ne dit pas vraiment ce que fait l’outil, mais de ce que j’en ai vu, il permet une offre de veille géolocalisée, visuelle, permettant un accès rapide à l’information et la prise de décision, très bien adaptée aux besoins des commerces de proximité devant s’ajuster en permanence à la concurrence locale.

Cible : tous les commerces sensibles à la promo ! Du vendeur de matériel de plongée (qui a servi de pilote à ce projet, car le fondateur est plongeur), au directeur d’hypermarché.

L’enjeu sera de passer d’un mode pilote à un vrai outil tenant la charge de la commercialisation, avec une logique d’éditeur sensiblement différente de celle d’une agence/ SSII…

 

 

 

 

 

Share on Facebook9Share on Google+1Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn3Email this to someonePrint this page

1 réflexion au sujet de “5 start-ups à suivre: retour de Connec’Sud 2015

Laisser un commentaire

douze − cinq =

*