Retour d’expérience REMY COINTREAU: Adobe Digital Publishing Summit, Paris 2013 (4/7)

Retour d’expérience REMY COINTREAU: Adobe Digital Publishing Summit, Paris 2013 (4/7)

Le 2 octobre dernier se tenait la deuxième session de l’Adobe Digital Publishing Summit à Paris, journée fort intéressante de témoignages d’utilisateurs et de présentations autour d’Adobe DPS (Digital Publishing Suite). Evolution notable par rapport à la première édition de l’année dernière, il y avait cette année beaucoup plus de retours d’expérience et beaucoup moins d’évangélisation pure autour du sujet, ce qui témoigne de l’intérêt croissant des annonceurs pour ces solutions de publication digitale, même si les acteurs du secteur ont encore fort à faire en matière d’évangélisation quand même !

En voici un compte-rendu en 7 parties :

1. Points-clés de la journée, perspective de Forrester
2. Retour d’expérience presse : Le Point
3. Retour d’expérience annonceur BtoC : Renault
4. Retour d’expérience BtoB : Rémy Cointreau (ci-dessous)
5. Retour d’expérience BtoB : Airbus
6. Retour d’expérience distributeur BtoC : Conforama
7. Focus Adobe : évolutions DPS et focus analytics

————————————————————–

Retour d’expérience BtoB : Rémy Cointreau USA
Intervention de Alexandre Page-Relo, DSI

Rémy Cointreau

La présentation porte sur le développement de supports de vente créés via DPS par Rémy Cointreau aux Etats-Unis.

Rémy Cointreau y a un rôle d’importateur et « d’évangélisateur » auprès des barmen et distributeurs locaux, mais n’a pas un rôle commercial direct auprès des consommateurs. La force de vente de Rémy Cointreau était déjà équipée d’iPad pour une utilisation CRM basée sur Salesforce. La digitalisation des brochures est donc venue en continuité de cette utilisation déjà familière de la tablette, avec pour objectifs de régler aussi un certain nombre de problèmes liés aux brochures papier, notamment l’inutilité d’en laisser quand le barman n’est pas présent, etc.

Alexandre Page-Relo partage les difficultés rencontrées dans la mise en place des brochures digitales, ainsi que les choix faits et les principales fonctionnalités développées, avant de donner une perspective sur les prochaines étapes à venir.

1. Problèmes rencontrés

– Une intégration difficile avec Active Directory, qui du coup a été reportée à une prochaine étape
– Lenteur de téléchargement des folios importants, dont le poids pouvait être considérable : à ne pas faire en 3G
– Comment empêcher le téléchargement des gros dossiers sur les smartphones des commerciaux
– Difficulté de collaboration en matière d’édition du produit, entre les équipes créatives et marketing (revues, corrections, etc.), liée aux possibilités limitées offertes par DPS (à l’époque)
– Version pour Windows 8 non disponible
– Equipement en Mac nécessaire, ce qui n’était pas le cas de Rémy Cointreau

2. Arbitrages pris et fonctionnalités développées

Des versions différentes pour la tablette et pour le smartphone, avec une composition à double niveau sur tablette, selon l’utilisateur final : client ou commercial.

– Côté smartphone : des fiches produits

Le parti pris a été de développer des versions simples et légères de contenus adaptés aux smartphones : des fiches produits, faciles à partager avec le client s’il le souhaite, par email ou en pdf téléchargeables via le site web.
L’ensemble des fiches est accessible à partir d’un menu central listant l’ensemble des marques et produits.
A chaque produit est associé une fiche composée de 3 onglets : détails du produit, packshot, recettes de cocktails associées.
L’ensemble du contenu existant au préalable, le développement des fiches pour smartphone a nécessité une semaine de production.

– Côté tablettes : un magazine par marque, à double niveau de lecture

Pour les tablettes, un magazine spécifique a été développé pour chaque marque. Chaque magazine a été développé en 2 formats :
– Une version paysage ciblant l’acheteur et qu’il peut manipuler : épurée en textes, riche en images (mode présentation)
– Une version portrait du même magazine, à l’usage du commercial cette fois-ci : quand il retourne la tablette et passe du format paysage au format portrait, un ensemble de notes et de textes additionnels s’affichent (sur le principe des commentaires sur powerpoint), permettant au commercial d’avoir un « training book » et un support riche pour le discours commercial.

Chaque magazine permet d’envoyer les Sell Sheets par email ; des liens directs avec le site web ont été mis en place, pour permettre la commande en ligne du matériel de point de vente directement à partir de l’application. Des mises à jour mensuelles sont réalisées, pour maintenir l’engagement des utilisateurs.
Petite astuce design partagée par Alexandre Page-Relo : les textes ont été séparés des vidéos, permettant ainsi des corrections orthographiques ou des mises à jour ne nécessitant pas le re-téléchargement des vidéos.

En plus des différents magazines, Rémy Cointreau a développé une petite application Calculatrice isolée, qui permet de simuler le calcul du profit pour l’acheteur, en rentrant les éléments de la commande ; simulation également partageable ensuite par email avec l’acheteur, et qui semble être d’une efficacité redoutable commercialement, à partir d’un développement informatique simple.

3. Prochaines étapes

– Créer une collection de ebooks de cocktails (déjà existants en version papier)
– Utiliser l’outil pour des lancements de produits
– Dématérialiser d’autres contenus chez Rémy Cointreau (rapports financiers, supports de communication corporate…)
– Réorganiser les folios pour avoir la même structure pour toutes les marques, et ainsi optimiser la production et l’utilisation par les commerciaux

Ces prochaines étapes sont permises car le retour d’expérience a été au final très positif, avec une bonne adoption des magazines digitaux (et des iPads !) par la force de vente. Alexandre Page-Relo démontre ainsi une bonne utilisation des budgets IT, mesures à l’appui, car le tracking permis par DPS permet de connaître l’usage fait par les commerciaux de l’application, et donc de prouver son utilité et son lien avec l’application CRM.

Alexandre Page-Relo ayant été nommé en France depuis début septembre, nul doute qu’une autre prochaine étape, non mentionnée mais qu’on peut deviner, sera le déploiement de ces outils en France ? A suivre…

 

Laisser un commentaire

un × cinq =

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.